J’suis fucké dans la tête – Delphine Jacquart

19.95$

Voyage dans l’univers glauque d’un homme aux deux visages : le lecteur pénètre dans le monde de la bipolarité à travers les échanges entre Serge Jérôme, jeune poète atteint de ce mal incurable, et la romancière, Charlotte Lusignan. Tout semble les séparer. La douleur des mots finira pourtant par les rapprocher.

(…) « Tu as mal! Tu ne sais comment freiner ces pulsions qui font que dans ta tête tout ne tourne pas rond. Comment apaiser cette douloureuse âme dont l’habitacle constamment secoué est toujours malmené? Je t’observe à la dérobée. Je souffre de te voir souffrir, j’ai mal de te voir avoir mal. Tu écris, c’est ton exutoire. Je te lis pour t’épauler. Je descends dans ton enfer, comme Orphée t’accompagne pour te tranquilliser et chercher avec toi un quelconque apaisement, voire même une panacée. Mais comment réconcilier le jour avec la nuit? Le clair avec l’obscur? Les contraires s’attirent, mais ne peuvent fusionner. »

Ce monologue, à fleur de peau, traduit la dure réalité de Serge, son combat quotidien contre la maladie, ses désillusions, ses peurs, ses rêves. Écrire des poèmes permet à l’étudiant d’évoquer avec justesse sa condition physique et mentale. Il cherche à faire tomber les préjugés, à se faire accepter dans sa différence et à nous faire comprendre le mal dont il souffre si difficile à expliquer. Il fait appel à sa brillance pour nous démontrer que même dans le plus profond désarroi et la plus grande noirceur, il peut se démarquer; c’est un battant.

Face au parti pris qui l’habite, Charlotte Lusignan cheminera aux côtés de celui que ses amis surnomment le dragon pour affronter ses propres démons et réviser en profondeur son jugement sur la question. Son partenaire de mots fera tomber son masque pour lui montrer son vrai visage; à son tour, elle devra se révéler pour se débarrasser d’un malaise incessant.


UGS : 978-2-89775-016-9 Catégories : ,

Description

Delphine Jacquart

Delphine Jacquart, de son vrai nom Brigitte Tavitian, est née dans cet Orient qui a bercé son enfance autant que ses rêves de jeune fille. Joyeux, rieur, bruyant, mais surtout tolérant, le pays des cèdres accueillait sous ses cieux cléments l’appel du muezzin alors que sonnaient les matines. La pluralité de ces religions et leur cohabitation intelligente, empreinte de respect, la marquèrent profondément et à jamais.

Lors de son départ pour la France, elle emporta dans ses bagages les souvenirs de sa terre natale : ces odeurs qui enveloppent et réconfortent, ces bruits familiers si particuliers à cette région et cette façon de vivre unique! Une manière pour elle de garder une trace de cette insouciance propre à une enfance heureuse, de l’espoir d’un jour meilleur, d’une chaleur dans le froid et d’un réconfort dans la tourmente.

Poursuivant le chemin de sa vie, elle s’est installée au Québec où, après l’obtention d’une licence en droit, elle a œuvré dans le domaine juridique. Ses souvenirs sont devenus la trame de fond du temps qui passe, de morceaux de vie abandonnés sur trois continents qu’elle rapatriera et transformera en récits.

Delphine Jacquart a vécu la dualité de deux cultures : orientale par ses racines paternelles et, européenne par celles de sa mère, pour s’apercevoir finalement qu’elle n’appartiendrait jamais totalement à l’une ou à l’autre. Elle décidera alors de bâtir un pont entre l’Orient et l’Occident et faire voile dans ces eaux communes, prenant le meilleur de chacune. Dans ses écrits, elle nous ouvre la porte de son monde intérieur.

En 2014, un premier livre de récits poétiques voit le jour, Mémoire-Memory 1915-2015, aux éditions de l’Apothéose. Le texte Khatch Kar, (extrait de Mémoire 1915-2015,) fera l’objet d’une adaptation théâtrale. Interprétée par la Troupe Hay Pem, la pièce, Je m’appelle Gomidas, sera présentée en mai et juin 2015 à l’occasion du 80e anniversaire du décès du grand compositeur et prêtre Gomidas, sous la direction artistique de Nancy Issa Torosian (récipiendaire du Prix Paul Buissonneau 2016)

En 2016, un deuxième roman invite le lecteur à une réflexion sur la bipolarité, J’suis Fu#&ké dans la tête, écoute mon âme, aux éditions de l’Apothéose. Avec la complicité de l’Association Culturelle Arménienne Tékéyan, l’auteure initie une rencontre exceptionnelle entre Gomidas et Émile Nelligan, deux génies contemporains, unis par le talent et la folie, lors d’une soirée hommage, le 5 mars 2017.

Voir extraits (section archives) sur :

www.delphinejacquart.com

En 2018, à l’occasion du 140e anniversaire de naissance de Siamanto (1878-1915), l’auteure rend un vibrant hommage au poète. Son troisième roman intitulé, Siamanto, mon amour, entraîne le lecteur dans l’univers des poètes maudits de 1915.

Delphine Jacquart est membre associé de L’UNEQ (L’Union des écrivaines et des écrivains québécois.)

 

De la même auteure :

Mémoire-Memory

Informations complémentaires

Poids 210 g
Nom de l'auteure

"Delphine Jacquart"

Nombre de pages

Taille du manuscrit

5.2 x 8

ISBN

Statut

Disponible

Éditeur

Les Éditions de l'Apothéose